Les startuppeuses sont à l’affiche pendant qu’Initiative France affiche un résultat record : c’est l’actu du jour

Les startuppeuses sont à l’affiche pendant qu’Initiative France affiche un résultat record : c’est l’actu du jour

Le forum Be a Boss signe son grand retour, Initiative France a financé la création de plus de 16 000 entreprises et les Français de plus en plus connectés : c’est le Wicheck du jour. 


#WomenOnly – @Beaboss2017, le forum national et concours pour les startuppeuses redémarre
Click To Tweet


C’est reparti. Le forum « Be a boss » accélère en 2017 avec une tournée de 6 dates à Paris et en région dont 2 nouvelles villes Strasbourg et Marseille. Il permet aux femmes de s’inspirer d’autres expériences, de rencontrer les experts de l’accompagnement de startups dans leur région et de networker avec des rôles modèles afin de booster leur projet. Lors de chaque étape  plusieurs startups locales fondées par des femmes présenteront leur projet devant un jury composé d’experts, d’entrepreneur(e)s et d’institutionnels : 2 d’entre elles seront sélectionnées pour la finale du 21 septembre 2017 et 1 de ces 2 finalistes bénéficiera d’une entrée dans le programme Jeune Pousse proposé par SNCF Développement, partenaire de Be a boss 2017.

 


#VivreDansUnMondeConnecté – Les objets connectés s’invitent de plus en plus dans le quotidien des…
Click To Tweet


Le futur est déjà là. Dans le cadre du Salon Distree#Connect, Opinionway a réalisé la 2ème édition de son baromètre sur les Français et les objets connectés. Résultat : plus de la moitié des Français connaissent et utilisent les objets connectés dans leur quotidien. La montre et le smartphone connectés arrivent en tête et c’est le secteur de la santé qui est privilégié pour 73% des personnes interrogées. L’étude révèle que 58% des personnes interrogées ont aujourd’hui une bonne connaissance des objets connectés contre 44% en 2016. Parmi eux, cette nouvelle technologie est perçue comme une révolution telle qu’Internet. Petit Hic : 46% des personnes interrogées estiment que les objets connectés sont trop chers, 42% expriment leur méfiance sur la gestion des données collectées et 34 % évoquent un risque de dépendance. 31 % redoutent même que ces objets connectés les coupent des autres, de la réalité.

 


#LutteContreLeChômage – @InitiativeFR : une année record au service de l’emploi
Click To Tweet


Pour la seule année 2016, le réseau a accompagné et financé la création de 16 700 entreprises qui ont permis de créer ou sauvegarder 44 155 emplois. Le nombre de créations d’emplois pures (30 570), augmente significativement, soit 13 % de plus qu’en 2015. « L’activité d’Initiative France est en croissance en 2016, 16 700 entreprises financées soit 4% de plus. Nous en sommes d’autant plus heureux que cela se traduit par une hausse de 8% des emplois en 2016 par rapport à 2015 et surtout que parmi ceux-ci, 30 570 sont de nouveaux emplois », explique Louis Schweitzer, Président d’Initiative France. 90% des entreprises financées par le réseau sont toujours en activité 3 ans après.

L’article Les startuppeuses sont à l’affiche pendant qu’Initiative France affiche un résultat record : c’est l’actu du jour est accessible sur Widoobiz.

Lire la suite

Que regarde un investisseur avant de racheter une startup ?

Que regarde un investisseur avant de racheter une startup ?

Si le choix d’acquérir une startup repose sur un nombre infini de critères, vous pouvez être certain que les « acheteurs » regarderont ces trois paramètres.

La faire grandir et la vendre. Contrairement à l’idée reçue, les startuppers ne veulent pas rester sur le même projet toute leur vie. C’est même le contraire. Ce qui les amuse, c’est de démarrer des projets différents. Mais, pour y arriver, il faut vendre ceux qui existent. Et, ce n’est pas toujours simple. Les investisseurs n’achètent pas n’importe quoi.

Votre équipe a-t-elle une expertise unique ?

Une acquisition ou une levée de fonds suppose la même chose : une équipe de choc, ultra compétente sur le sujet et complémentaire. Tous les investisseurs regardent à la loupe cette question. N’oubliez pas : la valeur d’une entreprise ne repose pas sur le nom de l’entreprise, mais sur l’expertise et l’organisation. Autrement dit, cela représente des années de travail.

D’où l’importance d’embaucher des personnes compétentes, mais surtout capables de progresser significativement en quelques mois.

Avez-vous une base de données clients importante ?

Derrière un nom, un investisseur achète en général une base de données de clients. Ce qui lui permet d’avoir un lien direct. Pas besoin de les découvrir, les démarcher, convaincre, etc. Et ce, même s’ils sont capables de reproduire la technologie. On peut copier un logiciel, on ne peut imiter ses relations client ou son chiffre d’affaires.

Si les innovations sont importantes, le volume d’affaires et le relationnel déterminent tout.

Êtes-vous en contact avec un acquéreur ?

On n’achète pas une startup comme on achète des friandises. Les acquéreurs prennent du temps. Entre la connaissance de la boîte, l’idée d’achat et la signature finale, il peut se passer plusieurs années. Ne serait-ce déjà pour voir la dynamique de la startup. Stagne-t-elle, ou arrive-t-elle à développer son propre portefeuille client ?

Et puis, une startup n’est pas forcément « chassée » par des VC. C’est même souvent le contraire. C’est le startup qui doit aller chercher un acquéreur. Sans en faire trop. Quelqu’un qui cherche désespérément à vendre son entreprise cache quelque chose.

D’où l’importance du réseau. À force de rencontres, vous allez échanger avec des investisseurs. Vous allez parler de vos enjeux respectifs. C’est à ce moment que vous allez pouvoir espérer trouver un terrain d’entente.

Autrement dit, pour vendre sa boîte il faut continuer à la faire grandir. Avec un modèle économique stable, une marque connue dans le secteur et des dirigeants créatifs, les investisseurs pourront même se bousculer au portillon.

L’article Que regarde un investisseur avant de racheter une startup ? est accessible sur Widoobiz.

Lire la suite

Femme entrepreneure : comment transformer un frein en challenge ?

Femme entrepreneure : comment transformer un frein en challenge ?

Pour cette nouvelle saison de Business Women, le format change et l’animatrice aussi ! Caroline Munoz a reçu Céline Lazorthes, fondatrice de Leetchi, Véronique Di Benedetto vice-présidente France chez Econocom et Marie Schneegans, fondatrice de Never Eat Alone. Au programme : comment réussir à transformer un frein en challenge ? 

Il n’y a pas d’âge pour entreprendre, et encore moins de sexe. Si les femmes sont encore aujourd’hui moins nombreuses dans les comités de direction et avec des salaires inférieurs à ceux des hommes, elles sont malgré tout de plus en plus nombreuses à entreprendre.

C’est le cas de nos 3 invitées, venues témoigner de leurs expériences respectives et surtout, venues porter un message, celui de ne pas avoir peur de l’échec. « Dans la vie, je pense qu’on a plus de regrets avec ce qu’on n’a pas fait plutôt qu’avec ce qu’on a fait. Il ne faut pas voir l’échec comme une fin en soi mais plutôt comme un retour d’expérience. On apprend toujours de ses erreurs », assure Véronique Di Benedetto.

Un avis que partage la fondatrice de Leetchi qui partage dans cette émission son envie viscérale d’entreprendre chaque jour. « Le fait de ne pas savoir si ce que l’on entreprend va marcher est une chance. La naïveté est une grande chance au quotidien », ajoute Céline Lazorthes, marraine de l’émission.

L’article Femme entrepreneure : comment transformer un frein en challenge ? est accessible sur Widoobiz.

Lire la suite

Le Village by CA fait son 1er bilan pendant que LongChinese dépasse son objectif de levée de fonds : c’est l’actu Entrepreneurs & Startups du 23 Mars

Le Village by CA fait son 1er bilan pendant que LongChinese dépasse son objectif de levée de fonds : c’est l’actu Entrepreneurs & Startups du 23 Mars

En ce jeudi 23 Mars, 5 startups du Village by CA ont levé plus de 12M€ au premier trimestre, pendant que 3 jeunes pousses lilloises ont décroché le Pass French Tech. C’est le Wicheck du jour. 


#OnFaitLeBilanCalmement – Les startups du Village by CA ont levé 12,8 millions d’euros au 1er…
Click To Tweet


Une année qui démarre en beauté.  Le Village by CA , pépinière de startups dédié à l’innovation entre jeunes pousses et grands groupes, a permis à 5 de ses startups de lever au total 12,8 millions d’Euros au premier trimestre 2017. Parmi elles : DataDome, startup française spécialisée dans la cybersécurité et la monétisation des données en ligne, CARE LABS, leader français des titres spéciaux de paiement dédiés à la santé, Teach on Mars, startup française pionnière du Mobile Learning, KAP CODE, startup spécialisée en solutions digitale pour la santé et Sencrop, la station agro-météo connectée.

 


#AndTheOscarGoesTo – 3 startups de l’écosystème « Lille French Tech » sont primées de la…
Click To Tweet


3 startups en hypercroissance. C’est d’ailleurs ce qui a permis à Clic2buy, Horse Pilot et Ineat d’intégrer le cercle très fermé des pépites championnes de la French Tech comme leurs ainées Cooptalis, Critizr, Giroptic ou encore Hobbynote. Grande nouveauté de ce cru, Ineat, entreprise emblématique d’EuraTechnologies décroche la distinction suprême : le Pass French Tech de stade 3 qui récompense les startups à croissance exponentielle qui réalisent un chiffre d’affaire de plus de 10 millions d’euros. Cette distinction permettra aux startups de bénéficier d’un accompagnement privilégié dans leurs prochaines étapes de développement.

 


#PolyglottesEnHerbe – LoginChinese lève plus de 500K€ sur la plateforme Sowefund
Click To Tweet


Objectif largement dépassé. La startup qui élabore des solutions innovantes d’apprentissage du mandarin a réussi à lever 522 304€. Avec un besoin initial de 400K€, la mission est plus qu’accomplie pour LongChinese. La startup va ainsi pouvoir accélérer la croissance de sa plateforme d’e-learning et la commercialisation de son offre. De plus en plus prisée sur le marché du travail, la langue chinoise est enseignée dans certaines écoles françaises. Actuellement 47 000 élèves prennent des cours de chinois, mais plus de 300 000 seraient intéressés ce qui laisse présager un bel avenir pour la startup qui espère atteindre un chiffre d’affaires de 10M€ d’ici à 2021 sur le marché français.

L’article Le Village by CA fait son 1er bilan pendant que LongChinese dépasse son objectif de levée de fonds : c’est l’actu Entrepreneurs & Startups du 23 Mars est accessible sur Widoobiz.

Lire la suite

« Aux États-Unis, on est confronté aux meilleurs du monde »- Julien Verdier, CEO Adyoulike

« Aux États-Unis, on est confronté aux meilleurs du monde »- Julien Verdier, CEO Adyoulike

Créée en 2011, Adyoulike, startup spécialisée dans le native advertising s’est fixée deux objectifs : faire des États-Unis son premier client et atteindre un CA de 100M€ en 2019.

Elle croît plus vite que son ombre. Installée sur le marché de la publicité native, Adyoulike a tout d’une startup en hypercroissance : 100% de croissance annuelle, 75 collaborateurs, une levée de fonds de 5M€, et une présence dans plus de 20 pays. En 2014, la startup a également racheté deux entreprises londoniennes grâce à des prêts à taux zéro de Bpifrance qui l’accompagne depuis ses débuts et a participé à son dernier tour de table.

« On a été les tous premiers à déposer le native advertising il y a 4 ans. On a participé à la révolution technologique qui se préparait dans le monde de la publicité. Aujourd’hui on a des partenaires partout dans le monde qui achètent de la pub chez nous. On travaille avec des géants comme Google ou Criteo », commente Julien Verdier, CEO de Adyoulike.

Objectif : devenir une startup franco-américaine de référence

Avec une techno qui, de par sa forme, s’intègre naturellement aux contenus d’un site et y aborde des thèmes similaires, Adyoulike permet ainsi aux entreprises de faire de la publicité mieux ciblée, sans que les marques n’aient à lever le petit doigt. Un format qui permettrait aux clients américains de la startup d’enregistrer 40% de revenus supplémentaires.

D’ici la fin de l’année, l’entrepreneur compte faire des États-Unis son premier rapporteur de chiffre d’affaires. Installé depuis le mois de Septembre Outre-Atlantique, Julien Verdier a déjà bien entamé son tour des éditeurs de la côte Est. Objectif : devenir un référent franco-américain dans le monde du native advertising.

S’imposer au royaume du business

Un défi que l’entrepreneur n’a pas peur de relever, au contraire. Avec sa technologie « plus aboutie » que celle de certains de ses concurrents locaux, Adyoulike compte bien suivre l’exemple de ces licornes à plus d’un milliard, comme Criteo ou Blablacar qui ont su s’imposer au royaume du business. « Les États-Unis c’est un autre niveau. On est confronté aux meilleurs du monde. Ils ont une culture du business poussée à l’extrême et on est obligé de s’y adapter pour être à la hauteur. Mais c’est un marché tellement immense qu’il y a de la place pour tout le monde. Je vois ça comme un challenge. C’est très excitant de se confronter à la difficulté, mais ça ne nous fait pas peur », assure le dirigeant.

@Julie Galeski

L’article « Aux États-Unis, on est confronté aux meilleurs du monde »- Julien Verdier, CEO Adyoulike est accessible sur Widoobiz.

Lire la suite

Shapr qui tape dans l’oeil du Wall Street Journal et BGE qui lance son concours de talents : ne ratez rien de l’actu Entrepreneurs & Startups

Shapr qui tape dans l’oeil du Wall Street Journal et BGE qui lance son concours de talents : ne ratez rien de l’actu Entrepreneurs & Startups

Pendant que le tinder du networking se fait une place de taille aux États-Unis, Bubble lève 300 000€. Nos startups ont du talent, et sont dans le Wichek. 


#LaChasseAuxTalentsEstOuverte – BGE lance son concours Talents de la création d’entreprise
Click To Tweet


Artisans et dirigeants de startup. Chefs d’entreprise solo ou en coopérative. Jeunes pousses et serial entrepreneurs. Citadins et ruraux… Quel que soit leur profil, les candidats au concours Talents BGE de la création d’entreprise ont jusqu’au 30 avril 2017 pour s’inscrire, sous réserve d’avoir créé leur société récemment et d’avoir été accompagnés par un organisme d’aide à la création d’entreprise.

Le concours Talents BGE a permis, depuis son lancement, à plus de 1500 chefs d’entreprise d’obtenir un prix moyen de 4000 euros. Ils ont pu aussi bénéficier d’une campagne de communication d’envergure nationale et s’exercer au pitch face à un jury composé de personnalités qualifiées.

 


#UneAppliPourLeFuturAsterix – La startup rouennaise Bubble lève 300 000€
Click To Tweet


L’application dédiée aux amateurs de bandes dessinées, comics et mangas, annonce avoir levé 300 000 euros pour accélérer son développement. Le tour de table a été réalisé auprès de l’accélérateur normand NFactory, du fonds d’investissement NCI, d’INSEAD Business Angels, et d’autres investisseurs privés.

« L’enthousiasme et le dynamisme des fondateurs, leur vision des besoins utilisateurs, et la qualité technique de leur application font de Bubble une entreprise qui deviendra un acteur clé du monde de la BD », souligne Alexandre Martini, Directeur des écoles du campus Saint-Marc et Président de la Normandy French Tech.

 


#MaPetitePouletteVaVoirLeSud – Ma Petite Poulette s’ouvre en PACA
Click To Tweet


Après Paris, Lyon et Bordeaux, c’est en région PACA, que s’est implantée Ma Petite Poulette. La startup illustre parfaitement cette révolution tant digitale que sociétale. L’application organise et planifie des menus. C’est une nouvelle façon de faire ses courses, de faire des consultations ou encore de publier des avis et des recettes en ligne. En matière d’alimentation, comme pour la très grande majorité des domaines, les habitudes des Français se digitalisent.

 


#OnRecruteParLeMooc – Skilero veut recruter par le Mooc
Click To Tweet


Skilero est la première plate-forme de MOOC de recrutement gratuite et ouverte à tous. Elle évalue les compétences des candidats et les met en relation directe avec les entreprises qui recrutent. Lors de la conférence de lancement à l’Anti Café le mardi 28 mars, les dirigeants vont faire une démonstration en live de Skilero.

Cette solution innovante de MOOCs de recrutement est spécialisée sur les métiers qui recrutent : service à la personne, maintenance, comptabilité, développement informatique… Au lancement, une vingtaine de MOOCs seront proposés gratuitement à tous ceux qui veulent évaluer leurs compétences dans ces domaines.

 


#Cocorico – Shapr, l’appli qui réinvente le networking est dans le Wall Street Journal
Click To Tweet


Ludovic Huraux vient d’accrocher le regard du Wall Street Journal avec Shapr. Sa startup a également été invitée au journal d’informations sur Fox News NYC la semaine dernière.

Au yeux de Shapr, tout le monde devrait prendre 1 heure chaque semaine pour rencontrer une nouvelle personne. « C’est avec cette vision que nous nous sommes lancés dans ce projet qui a pour objectif de simplifier le networking et même en faire un style de vie», indique la communication de la startup. Et ça fonctionne. La croissance de Shapr progresse avec près de 2 000 nouveaux inscrits par jour et une augmentation de +40% des swipes chaque mois.

« Et la France n’est pas en reste avec 25% des utilisateurs de Shapr au niveau global (derrière les États-Unis mais devant l’Angleterre) ! Pour vous dire la vérité, je n’aurais pas imaginé que les Français adhèreraient à cette vision du networking aussi vite », insiste Ludovic Huraux.

L’article Shapr qui tape dans l’oeil du Wall Street Journal et BGE qui lance son concours de talents : ne ratez rien de l’actu Entrepreneurs & Startups est accessible sur Widoobiz.

Lire la suite

Moi entrepreneur : je veux réformer les contrôles de l’inspection du travail

Moi entrepreneur : je veux réformer les contrôles de l’inspection du travail

À l’aube des présidentielles, Widoobiz, en partenariat avec CorioLink et Challenges, a souhaité donné la parole aux entrepreneurs. Aujourd’hui, Sophie de Menthon, Présidente du mouvement ETHIC propose sa réforme concrète. 

Elle se fait la voix des entrepreneurs. « Aujourd’hui, nous sommes régulièrement « victimes » de contrôles de l’inspection du travail, et quand je dis victime c’est entre guillemets mais c’est un peu le cas », déplore Sophie de Menthon.

Un constat affligeant pour la Président d’ETHIC qui pointe les dédales des textes administratifs. Avec un code du travail beaucoup trop lourd et des décrets à ne plus en pouvoir, « il est pratiquement impossible d’être complètement blanc bleu », estime-t-elle.

« Quand nous sommes contrôlés, nous sommes immédiatement taxés »

Qu’il s’agisse  de l’URSSAF ou de l’inspection du travail, Sophie de Menthon regrette le déroulement de ces contrôles. « Ils partent du principe que le chef d’entreprise est coupable du dysfonctionnement que l’inspecteur constate.  Quand nous sommes contrôlés, on nous signifie que nous avons dérogé à une loi du code du travail, et puis, nous sommes immédiatement taxés, comme une contractuelle met un PV», ajoute l’entrepreneuse.

Pour palier cette difficulté, Sophie de Menthon souhaite que les entrepreneurs disposent d’au moins 1 mois voire 2 pour se mettre en conformité, « si bien évidemment notre bonne foi est visible », conclut-elle.

#Replay : Sophie de Menthon a bien d’autres réformes en tête à proposer aux candidats à la présidentielle. Pour revoir sa précédente proposition c’est par ici :

L’article Moi entrepreneur : je veux réformer les contrôles de l’inspection du travail est accessible sur Widoobiz.

Lire la suite

Ces startups qui sont devenues des légendes sur Instagram

Ces startups qui sont devenues des légendes sur Instagram

Les startups sont maintenant obligées de rivaliser de créativité sur Instagram. Voici celles qui ont su se différencier sur ce média prisé par toute la planète. 

Gratuit, sympa, visuel et avec plus d’un demi-milliard d’utilisateurs actifs dans le monde. Mark Zuckerberg peut se frotter les mains. Instagram reste l’un de ses meilleurs investissements. Le réseau social est devenu si grand qu’il peut aujourd’hui, sans exagérer, modifier le destin d’une marque. Encore faut-il savoir attirer l’attention du public visé. Voici les marques qui ont réussi à devenir des légendes sur le réseau social devenu incontournable.

Instagram : 217 millions d’abonnés

Bah oui. Instagram fait des partie des startups qui cartonnent sur le réseau social. Depuis son lancement en 2010, l’entreprise rassemble une communauté de 217 millions de personnes. Impressionnant. À titre de comparaison, le compte officiel de Twitter dispose « seulement » de 60,4 millions d’abonnés.

Au-delà des superbes photos, Instagram fait le tour de son réseau pour mettre en avant les histoires les plus inspirantes. Bouleversantes, émouvantes ou drôles, elles symbolisent les valeurs d’Instagram. Impossible de ne pas suivre ce compte.


Cinq startups qui sont devenues des légendes sur Instagram
Click To Tweet


Airbnb – 1,7 million d’abonnés

L’aventure, c’est l’aventure. Sur le compte Instagram d’Airbnb, les « insta » peuvent démarrer la machine à rêves. Les destinations sont toutes plus belles les unes que les autres. Les hôtes proposent des logements superbes. Et, tous les hôtes ont l’air hyper sympas.

Rester 15 minutes sur le compte Instagram d’Airbnb vous permet, à coup sûr, de chasser les phases de spleen les plus tenaces. Essayez et vous verrez.

SpaceX : 1 million d’abonnés

Falcon 9 lifts EchoStar XXIII into orbit.

Une publication partagée par SpaceX (@spacex) le 15 Mars 2017 à 23h49 PDT

Bon clairement, nous ne sommes plus dans la catégorie des startups. Mais, cela ne change rien au fait que SpaceX fait partie des comptes Instagram indispensables à suivre. Les photos sont superbes. Elles touchent notre imaginaire et nous poussent à aller plus loin. On peut même suivre de près les dernières aventures de l’entreprise : chantier, test, lancement, etc.

Des histoires qui semblent en tout cas passionner les « insta » du monde entier. On se demande bien pourquoi il en serait autrement. D’autant que le génial et fantasque Elon Musk n’est jamais très loin.

DJI Global : 671 000 abonnés

En une décennie, la marque de drone a écrasé toute forme de concurrence et se trouve désormais sur le toit du monde. Personne n’a pu d’ailleurs suivre la cadence imposée par le constructeur chinois. Lily, Parrot ou encore 3D-Robotics s’y sont cassé les dents. Et on pourrait presque le comprendre en regardant le compte Instagram de la société.

La qualité des photos et des films est absolument exceptionnelle. En quelques clics, on se retrouve au-dessus du pont du Golden Gate, sur les crêtes escarpées de Honk-Kong, dans le désert. L’invitation au voyage est immédiate. C’est presque addictif.

WeWork : 96 000 abonnés

WeWork fournit des espaces de travail collaboratifs sur toute la planète : New-York, San Francisco, Sao Polo, Londres, Paris, etc. Des salles qu’ils mettent en avant sur Instagram avec toutes les options : salle de sport, cours de yoga, dégustations, etc.

Tout ce que l’on a envie de faire quand on regarde les photos, c’est de plonger dans leurs univers sympathiques et dynamiques. La startup ne s’arrête d’ailleurs pas en si bon chemin. WeWork utilise des hashtags pour labelliser leurs évènements, comme WeWork Summer Camp (#WWCamp) ou pour échanger sur des sujets liés à l’espace de travail. Dernièrement, WeWork  a invité sa communauté à partager des photos de leur chien au bureau (#DogOfWeWork).

Sphero : 39 000 abonnés

This was yesterday, but it’s still adorable. : @bb8s_adventures.

Une publication partagée par Sphero (@sphero) le 10 Mars 2017 à 9h51 PST

Cette startup fabrique et commercialise des jouets qui combinent les technologies de la robotique et du digital. Parmi les jouets les plus connus, il y a le descendant de R2D2, BB-8, qui se déplace en roulant. Des jouets très attachants.

Surtout quand on regarde la façon dont Sphero les met en situation : BB-8 dans une poussette, BB-8 à côté d’un hérisson, BB-8 sur la plage, sur la mer, à la montagne. Les instagramers ont l’impression de suivre l’aventure d’un héros.

 Tentsile : 166 000 abonnés

Waouw. Ne dites pas le contraire. Le produit est scotchant. Et on vous comprend. Tentsile vend des tentes qui s’accrochent facilement aux arbres. Vous êtes en suspension dans les airs. Une expérience qu’on a tous envie de tenter une fois dans sa vie.

Bien sûr, le compte Instagram de Tentsile est rempli de visuels plus beaux les uns que les autres : Tentsile dans la forêt, Tentsile à la montagne, Tentsile à la plage, Tentsile dans la pampa, etc.

Mais, l’entreprise est encore plus maline. Pour accélérer la viralité du compte, elle a demandé à ses followers d’élire les meilleures photos prises avec la tente. Ils demandent aussi de taguer 3 amis avec qui ils aimeraient partir en aventure. C’est comme ça que ça marche.

@TancredeBlonde

L’article Ces startups qui sont devenues des légendes sur Instagram est accessible sur Widoobiz.

Lire la suite

Hacking de l’Hôtel de Ville : quelle a été la startup la plus cool ? [Reportage]

Hacking de l’Hôtel de Ville : quelle a été la startup la plus cool ? [Reportage]

La semaine dernière, Anne Hidalgo a donné les clefs de son bureau à plus de 1000 startups. Widoobiz a tendu le micro à ces jeunes pousses. Une question : « pourquoi êtes-vous la startup la plus cool du Hacking ? »

[Reportage]

Drones, Avatars et milkshake magique : l’innovation a investi l’Hôtel de Ville. Pour cette 3ème édition du Hacking, ce sont quelques 1162 startups qui ont posé leurs bagages à la Mairie de Paris. Sans compter les plusieurs centaines d’investisseurs et les 29 millions de personnes touchées sur les réseaux grâce au #HackingParis2024, en lien avec la candidature de la ville de Paris pour les J.O.


Widoobiz a demandé aux startups du #HackingParis2024 laquelle était la plus cool.
Click To Tweet


« Paris est la ville européenne où se créent le plus de startups : plus de 1 500 par an ! Ces dix dernières années, Paris a investi plus d’1Md€ dans l’innovation. La ville compte 60 incubateurs et 15 en projet, 80 espaces de coworking et 23 fablabs. En 2016, nous avons ouvert Le Cargo, plus grand incubateur d’Europe, et le Tremplin, premier incubateur situé au cœur d’un stade. Cet été, j’inaugurerai aussi Station F, plus grand incubateur au monde », a rappelé Anne Hidalgo lors de cet événement.

Paris, 1ère ville européenne pour l’accueil des startups

La Ville de Paris mène depuis plusieurs années une politique très ambitieuse en faveur des startups, qui lui a permis de devenir l’une des places majeures dans le monde pour innover. Elle se positionne régulièrement en tête des classements internationaux en compagnie de villes telles que San Francisco ou Londres.  Elle est aussi la première ville européenne pour l’accueil de startups. Elle compte plus de 130.000m² d’incubateurs, qui les accompagnent au quotidien dans leur développement, avec des outils financiers adaptés et la mise en place de programmes associant de très nombreuses grandes entreprises.

@Julie Galeski

L’article Hacking de l’Hôtel de Ville : quelle a été la startup la plus cool ? [Reportage] est accessible sur Widoobiz.

Lire la suite

Avez vous vraiment l’attitude startup ?

Avez vous vraiment l’attitude startup ?

Dans cette chronique des Éditions Dunod, Adrien Tsagliotis explique comment il faut agir pour avoir l’attitude startup.

C’est quoi avoir l’attitude Startup ? Dans son ouvrage « Startup Attitude », Adrien Tsagliotis tente de décrire ce phénomène mondial qui touche toutes les entreprises du monde. Facebook a par exemple été un pionnier sur cette philosophie. « Mark Zuckerberg sait que chaque employé peut avoir un impact. Chaque employé peut uploader du code pour tester des fonctionnalités sur un petit groupe d’utilisateurs », explique le journaliste et expert.


Adrien Tsagliotis : « Mark Zuckerberg sait que chaque employé peut avoir un impact »
Click To Tweet


Avoir l’attitude startup, c’est aussi faciliter le plus possible la créativité et l’innovation. « Facebook est également connu pour organiser énormément de Hackatons. C’est grâce à ces événements qu’ils ont pu mettre au point des fonctionnalités comme la Timeline, le chat ou le tag dans les commentaires. Personne n’y avait pensé chez Facebook. C’est un ingénieur qui a trouvé l’idée lors d’un Hackaton », ajoute-t-il.

Faire en sorte que l’on parle de vous à un dîner

Les startups sont également obsédées par le client. « Si vous allez à Seattle visiter le siège d’Amazon, vous avez un building qui s’appelle Wayne Wright. C’est le 1er client qui a acheté un livre chez Amazon », souligne-t-il. Une manière de rappeler à tous les collaborateurs que s’ils peuvent travailler dans une si grande structure, c’est uniquement grâce à des gens comme Wayne Wright.

Enfin, quand on est une startup il faut que l’on parle de vous. « Je prends cet exemple d’Uber. On a tous eu cette expérience qu’on avait jamais eue avant : un mec en costard qui vous ouvre la porte, qui arrive avec une belle voiture, qui vous offre les bonbons, qui vous propose de recharger votre téléphone. Et bien moi je me rappelle en avoir parlé tout de suite après, lors d’un dîner, parce que l’expérience était incroyable », se rappelle-t-il.

Et ce n’est pas tout. Pour en savoir plus, nous vous invitons à regarder en intégralité cette chronique d’Adrien Tsagliotis.

L’article Avez vous vraiment l’attitude startup ? est accessible sur Widoobiz.

Lire la suite