François de Rugy, socialiste par ambition

News-avenue.com, votre réseau d'informations et d'inspiration!

En rejoignant, le 19 mai, le groupe socialiste à l’Assemblée nationale, l’ex-député EELV a choisi la voie du pouvoir.

Portrait de François de Rugy, à Blois, le 26 août 2015.

Nantais pur jus

Né à Nantes en 1973, ­François de Rugy a construit sa carrière politique dans la Cité des ducs. En 1995, à peine diplômé de Sciences Po Paris, il fonde et préside l’association Ecologie 44 puis se présente, en 1997, à ses premières législatives en Loire-Atlantique. Perdant, mais revanchard, il est élu conseiller municipal de Nantes et vice-président de la communauté urbaine en 2001. Depuis 2007, il est député de la Première circonscription de Loire-Atlantique, regroupant Nantes et la ville voisine d’Orvault.

Jeune loup pressé

« C’est un ambitieux », dit de lui son ami Jean-Vincent Placé. Président d’un mouvement écologiste à 22 ans, conseiller municipal à 27, député à 33, « FDR » est un animal politique précoce. En 2012, à 38 ans, il prend la présidence du groupe EELV à l’Assemblée nationale, qu’il dirigera en tandem avec Barbara Pompili. Il rêve alors d’un portefeuille ministériel et le fait savoir à Jean-Marc Ayrault, qui ne ­l’appellera jamais. La démission de Denis Baupin, soupçonné de harcèlement sexuel, lui permet, le 17 mai, de prendre l’une des six places de vice-­président de l’Assemblée.

Anti-Notre-Dame-des-Landes

Longtemps adjoint chargé des transports d’Ayrault à Nantes, dont il vante les qualités d’écoute et les méthodes de gouvernance, François de Rugy s’est ­pourtant écharpé avec ­l’ex-premier ministre sur un sujet : l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Contre ­le projet, il accuse l’Etat de passer en force et de ne pas privilégier l’extension de l’actuel aéroport de Nantes. L’une des rares prises de position du dirigeant écolo contre le gouvernement socialiste.

Socialiste de fraîche date

François de Rugy a souvent flirté avec le Parti socialiste. En 2007, celui qui se décrit comme « un mitterrandiste » gagne sa circonscription grâce à une alliance avec le PS, à rebours des consignes internes des Verts. Son virage vers le rose se confirme aujourd’hui : après avoir quitté EELV en août 2015, il rejoint le 19 mai dernier le groupe socialiste à l’Assemblée nationale avec cinq autres députés verts, provoquant la dissolution du groupe. Prochaine étape : la primaire du Parti socialiste. Ambitieux, vous dit-on.

Lire aussi :
 

Comprendre le changement des groupes parlementaires à l’Assemblée nationale

Powered By WizardRSS.com | Full Text RSS Feed

source

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Sending

©2017 NEWS-AVENUE.COM webdesign by Madidesign

Log in

Forgot your details?