Rodrigo Duterte, favori de la présidentielle philippine : Trump en pire

News-avenue.com, votre réseau d'informations et d'inspiration!

Le Monde
| 29.04.2016 à 14h13
• Mis à jour le
29.04.2016 à 16h13

Le candidat à l’élection, qui aura lieu le 9 mai, est un habitué des dérapages. Et des méthodes expéditives.

Rodrigo Duterte lors d'un meeting à Quezon City, près de Manille, le 23 avril.

Le victorieux

Avocat, Rodrigo Duterte se présente en 1988 à la mairie de Davao, la plus vaste ville des Philippines et capitale de l’île de Mindanao. Il y restera dix ans, jusqu’en 1998, date à laquelle la loi l’oblige à subir une carence due à la limitation des mandats. Il se représentera en 2004 et 2007 avec succès, cumulant ainsi en tout vingt-deux ans de règne sur la cité.

Le sanguinaire

Il se targue d’avoir fait de l’une des villes les plus dangereuses du pays un havre de paix. Un résultat obtenu au prix d’une politique répressive macabre. Il recourt sans vergogne à des escadrons de la mort à l’encontre des dealers, des petits truands et même des enfants des rues. En 2009, il déclarait aux criminels : « Tant que je serai maire, vous serez une cible légitime d’assassinat. »

Le décomplexé

Rodrigo Duterte entend lutter contre les discriminations et se disait même prêt à légiférer en faveur du mariage gay. Il est à ce point libéral qu’il se permettait, en novembre 2015, de qualifier le pape François de « fils de pute ». La visite du souverain pontife quelques mois auparavant aurait provoqué un peu trop d’embouteillages à son goût.

L’indécent

L’homme multiplie les déclarations choquantes. Le 17 avril, il a été filmé plaisantant devant un auditoire hilare, au sujet du meurtre et du viol d’une missionnaire australienne lors d’une émeute dans une prison de Davao, en 1989 : « J’étais en colère qu’ils l’aient violée, mais elle était si belle. Je me suis dit, “le maire aurait dû passer en premier”. » Au lieu de s’excuser, il plaide depuis pour la liberté d’expression et a lancé « Allez au diable » à un groupe de femmes qui protestaient contre ses propos.

Le favori

A 71 ans, Rodrigo Duterte fait la course en tête pour succéder au président sortant Benigno S. Aquino. Son credo : secouer l’establishment et en finir avec la corruption et la criminalité. Et cela fait recette. En 2002, le magazine américain Times l’a surnommé « The Punisher », comprendre « le punisseur », un surnom qui colle à la peau de cet accro à la tolérance zéro.

Lire aussi :
 

Aux Philippines, « Duterte Harry », le candidat à la présidence partisan des escadrons de la mort

Par Valentin Ehkirch

Powered By WizardRSS.com | Full Text RSS Feed

source

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Sending

©2017 NEWS-AVENUE.COM webdesign by Madidesign

Log in

Forgot your details?