«Paris-Cotonou-Paris»: Dominique Zinkpé fait rayonner les artistes béninois

Les artistes béninois percent cette année un peu partout : à la foire « Art Paris » en passant par la grande exposition « Afriques Capitales » à La Villette, jusqu’au Parcours des Mondes et à la foire d’art contemporain africaine Akaa. Et Dominique Zinkpé y est pour beaucoup. Cet artiste contemporain béninois de 48 ans expose dans le monde entier, mais vit et travaille toujours au Bénin. Il y a deux ans, il a pris la direction du Centre Arts et Cultures de Lobozounpka, à Cotonou. Créé en 2014 par l’initiative du galeriste parisien Robert Vallois, le Centre est financé à hauteur de 200 000 euros par an par le Collectif des antiquaires de Saint-Germain-des-Près. Avec ses résidences artistiques et ses 20 000 visiteurs annuels, l’institution a réussi à contribuer au rayonnement de l’art contemporain béninois. Entretien avec Dominique Zinkpé à l’occasion du lancement de la saison « Paris-Cotonou-Paris » à la galerie Vallois.

Lire la suite

Étude d’une oeuvre : La Naissance de la Vierge de Jean Restout

Neveu et élève de Jean Jouvenet, qui lui inspire le sens de la grandeur et du sérieux de la peinture d’histoire, Jean Restout (1692-1768) fit une brillante carrière à Paris, entrant à l’Académie en 1720 puis gravissant tous les échelons de cette institution royale jusqu’à en devenir directeur, quarante ans plus tard… Il consacra l’essentiel de son œuvre à la peinture religieuse, multipliant notamment les grandes compositions dans l’esprit de Jouvenet. On sait qu’il était proche des milieux jansénistes, en un temps où les polémiques, ravivées par la bulle Unigenitus (par laquelle le pape Clément XIII, en 1713, condamnait le jansénisme), agitaient fortement les esprits. Beaucoup de ses commanditaires appartenaient à ces milieux.

Cet article Étude d’une oeuvre : La Naissance de la Vierge de Jean Restout est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Lire la suite

Quand les bus font découvrir l’art contemporain aux Parisiens

Pour la troisième année consécutive, Bus Expo va permettre au plus grand nombre de découvrir cinq œuvres d’art des solo shows de Art Paris Art Fair dans les rues de Paris et en Ile-de-France. Cette année les artistes sélectionnés sont Eduardo Arroyo (Galeria Alvaro Alcazar), Serge Attukwei (GNYP), Edouard Wolton (Galerie Les filles du calvaire), Billie Zangewa (Afronova) et Mario Macilau (ED Cross Fine Art). Bus Expo a été imaginée et créée par Pascal Paul, Président de Onboard Média et collectionneur d’Art contemporain, pour favoriser l’accès à l’art au grand public en le faisant sortir des musées et des galeries.

Cet article Quand les bus font découvrir l’art contemporain aux Parisiens est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Lire la suite

La Compagnie nationale des experts lâche le PAD

Rien ne va plus entre le PAD Paris Art + Design, qui se déroule dans les jardins des Tuileries jusqu’à lundi, et les experts de la CNE, chargés de contrôler l’authenticité des objets et œuvres présentés. La CNE a jeté l’éponge, « considérant que les conditions requises pour l’accomplissement de sa mission n’étaient pas réunies ». Apparemment, le différent se place à plusieurs niveaux. Certains experts se sont plaints de la manière dont ils ont été traités sur place, lors de la séance d’expertise, appelée le vetting. Plus grave, « ils estiment n’avoir eu ni le temps, ni le calme nécessaires pour effectuer complètement leur mission », nous a confié un membre de la CNE. Dernier élément: sur la liste des experts fournie par la CNE, qui était une sélection d’experts compétents dans les spécialités représentées au PAD, un nom au moins aurait été « supprimé pour convenance personnelle par l’organisateur de la foire ». Voyons comment la manifestation, qui avait opéré un retour aux sources, avec une sélection plus classique que nous avons particulièrement appréciée, va réagir et organiser ses prochaines éditions.

Cet article La Compagnie nationale des experts lâche le PAD est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Lire la suite

Les Nations Unies adoptent une résolution en faveur de la protection du patrimoine

« La destruction délibérée du patrimoine est un crime de guerre, elle est devenue une tactique de guerre pour mettre à mal les sociétés sur le long terme, dans une stratégie de nettoyage culturel. C’est la raison pour laquelle la défense du patrimoine culturel est bien plus qu’un enjeu culturel, c’est un impératif de sécurité, inséparable de la défense des vies humaines », a déclaré Irina Bokova, la directrice générale de l’UNESCO, en séance publique d’information du Conseil de sécurité des Nations Unies sur le « Maintien de la paix et de la sécurité internationale : destruction et trafic de biens faisant partie du patrimoine culturel par des groupes terroristes et dans des situations de conflit armé ». Le Conseil de sécurité des Nations Unies a ensuite adopté à l’unanimité la résolution 2347 en faveur de la protection du patrimoine. L’UNESCO précise que c’était la première fois qu’un de ses directeurs généraux était invité à informer les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies lors d’une séance publique. Celle-ci s’est tenue à l’initiative de la France et de l’Italie, sous la présidence du Royaume-Uni.

Cet article Les Nations Unies adoptent une résolution en faveur de la protection du patrimoine est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Lire la suite

Une réforme des commissions d’acquisition des musées français confirme enfin l’achat de faux meubles XVIIIe par Versailles

« À la suite de l’acquisition par le Château de Versailles de faux meubles du XVIIIe siècle et afin de mieux protéger les établissements nationaux contre ce type de trafic, Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, a décidé de réformer la chaîne d’acquisition dans les musées nationaux ». Par ces mots, l’État confirme enfin l’affaire des faux sièges de Versailles que nous avions dénoncée depuis le 6 mai dernier. Forte du rapport qu’elle avait commandé, avec le ministre de l’Intérieur et le ministre de l’Économie et des Finances, à l’Inspection générale des finances, à l’Inspection générale de l’administration et à l’Inspection générale des affaires culturelles, Audrey Azoulay annonce donc la création d’un vade-mecum à l’usage des conservateurs et des chefs d’établissements aussi bien que des commissions d’acquisition internes aux musées pour la déontologie à respecter. Elle crée, d’autre part, un pôle d’expertise coordonné par le Centre de recherche et de restauration des musées de France et piloté par le Service des musées de France et associant le Laboratoire de recherche des Monuments historiques, le Centre interdisciplinaire de conservation-restauration du patrimoine et le Mobilier national. Nous suivrons donc avec attention les nouvelles conditions d’expertise puisque cette douloureuse affaire des faux meubles de Versailles a bien montré que l’expertise doit venir désormais de scientifiques armés de nouveaux types de contrôles que ceux en cours jusqu’à maintenant. Enfin, le Conseil artistique des musées nationaux devrait être modifié « pour renforcer sa dimension stratégique en matière d’orientation des politiques d’enrichissement des collections publiques » et sera élargi aux achats du Musée national d’art moderne. Le rapport ayant été confié à la justice pour la suite de l’enquête, il n’est pour l’instant pas encore disponible.

Cet article Une réforme des commissions d’acquisition des musées français confirme enfin l’achat de faux meubles XVIIIe par Versailles est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Lire la suite

L’œil fertile de Pissarro au musée Marmottan Monet

Quelques mois avant sa mort, Camille Pissarro (1830-1903) fixe une dernière fois ses traits sur la toile, dans une pluie drue de petites touches colorées. Derrière les lunettes, l’œil est encore vif, avide de percer le secret de la lumière. Le visage disparaît derrière une barbe devenue légendaire. Ne l’a-t-on pas comparé tour à tour à Moïse et au Père éternel ? Fondateur de l’impressionnisme avec Monet, le peintre s’était lui-même composé très tôt une figure de dieu débonnaire à la longue barbe en broussaille. « En 1854, Monet n’avait que 15 ans et Pissarro avait déjà acquis une bonne technique picturale, rappelle Christophe Duvivier, commissaire avec Claire Durand-Ruel Snollaerts de la rétrospective Pissarro qui s’ouvre au musée Marmottan Monet. C’est un artiste entre deux générations, qui va être le moteur de l’impressionnisme à la fois par l’organisation des expositions, par son militantisme et par ses nombreux échanges avec les écrivains et les critiques. C’est l’intellectuel vers lequel on se tourne pour avoir des explications, quitte à ce que Seurat en prenne quelque ombrage […] Il a été le grand défenseur de l’art indépendant. » Constamment en alerte, il porte sur la jeune création un regard d’une acuité peu commune. Que serait devenu Cézanne sans ses encouragements ? Et Gauguin, auquel il livre toutes les armes de la peinture ? « Il avait le génie de comprendre avant les autres ce que les jeunes artistes allaient apporter d’innovations », poursuit Christophe Duvivier. Et Claire Durand-Ruel d’ajouter : « Aujourd’hui on ne peut pas étudier l’impressionnisme sans se référer aux cinq volumes de la correspondance de Pissarro. Il est  incontournable non seulement parce qu’il est  l’aîné du groupe, et en quelque sorte un patriarche, mais aussi parce qu’il joue un rôle fédérateur […] Sans lui, les autres artistes seraient probablement partis en ordre dispersé chercher la reconnaissance des Salons. Il ne croit pas à l’art officiel qu’il considère comme sclérosé. Il est le révolutionnaire du groupe. » Car Pissarro ne se contente pas de ce rôle de patriarche. Seul artiste à participer à toutes les expositions du groupe impressionniste entre 1874 et 1886, il fut aussi celui par lequel le mouvement vola en éclat, en introduisant des artistes de la génération de son fils Lucien, tels Seurat et Signac.

Cet article L’œil fertile de Pissarro au musée Marmottan Monet est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Lire la suite

Lionel Sabatté, lauréat du Prix Drawing Now 2017

Bien qu’il soit né en 1975 à Toulouse, Lionel Sabatté a toujours vécu et travaillé à Paris. Le prix Drawing Now n’est pas le premier qu’il reçoit. Durant sa carrière, il a été lauréat de plusieurs prix artistiques, comme celui de l’Institut français de Maurice et du Yishu 8 de Pékin et ses œuvres sont célébrées dans de nombreux pays. Ses travaux sont la preuve que la frontière entre les différents médiums est aujourd’hui obsolète. Lionel Sabatté pratique la peinture, le dessin et la sculpture et engage une réflexion sur la porosité et la complémentarité de ces différents supports plastiques. Que ce soit dans sa peinture ou son dessin, le travail de Lionel Sabatté apporte une dimension mémorielle de la matière. Dans ses dessins, il représente des silhouettes d’hommes et d’animaux faites de poussières et de béton ou des petits oiseaux des îles réalisés à partir de fer et de bronze oxydés. Quant à ses toiles, elles sont réalisées essentiellement à partir d’acrylique et de charbon, dérivés du pétrole et vieux de plusieurs millions d’années. Ses tableaux évoquent des profondeurs abyssales, parfois des espèces éteintes, et prennent l’aspect de cartographies imaginaires flirtant avec l’abstraction.

Cet article Lionel Sabatté, lauréat du Prix Drawing Now 2017 est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Lire la suite

Ciprian Muresan reçoit le 10e Prix de dessin de la Fondation d’art contemporain Daniel et Florence Guerlain

Ils étaient trois candidats : l’Écossais Charles Avery, le Français Didier Trenet et le Roumain Ciprian Muresan. Tous trois sont actuellement exposés au palais Brongniart dans le cadre du Salon du dessin (jusqu’au 27 mars). C’est donc Ciprian Muresan (représenté par la galerie Éric Hussenot) qui a été choisi par le jury constitué de collectionneurs ou de spécialistes du dessin contemporain. Florence et Daniel Guerlain viennent de lui remettre une dotation de 15 000 euros.

Cet article Ciprian Muresan reçoit le 10e Prix de dessin de la Fondation d’art contemporain Daniel et Florence Guerlain est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Lire la suite