VMware a licencié l'équipe de Fusion

Fusion pour Mac traverse un épisode orageux. Christian Hammond, ancien ingénieur chez VMware de 2004 à 2013, explique que les équipes de Workstation et Fusion « se sont réveillées hier sans emploi ». Fusion est le principal concurrent de Parallels (et de VirtualBox) pour faire fonctionner Windows sur Mac (ou tester un OS X en beta sur un OS X installé). Workstation l’a précédé quelques années plus tôt pour faire la même chose sur Linux.


Fusion

Hammond fait référence à l’annonce par l’éditeur, à l’occasion de la présentation de ses résultats financiers, de la suppression de 800 postes, soit environ 5% de ses effectifs. On croise sur Twitter des propos de salariés de VMware qui confirment cette dissolution. Des sources de Fortune racontent que le développement de ces deux logiciels de virtualisation va être sous-traité à l’étranger. Un ingénieur spécialisé VMware chez Cap Gemini parle d’un transfert vers la Chine.

C’est aussi ce que laisse entendre VMware, interrogé par The Register, en assurant toutefois que la « restructuration en cours n’aura d’effets sur aucune des lignes de produits existants. Dans certains cas, des postes et responsabilités associés à un secteur particulier seront transférés vers d’autres pays. VMware va continuer d’investir dans toutes ses offres au sein de son catalogue, en particulier ceux en pleine croissance ».


VMware a annoncé un chiffre d’affaires et des bénéfices en hausse mais la société est majoritairement détenue par EMC, lequel va être absorbé cette année par Dell. Il est prévu que VMware reste une entité indépendante à l’extérieur de Dell. Mais il s’agit visiblement de rendre la mariée plus belle avant la finalisation de cette acquisition à 67 milliards de dollars.

Il est trop tôt pour savoir ce que Fusion va devenir. S’il disparaîtra d’une mort lente ou si son éditeur entend bel et bien le faire évoluer avec une nouvelle organisation. Dans son billet, Christian Hammond raconte que l’équipe « Hosted UI » en charge de développer Workstation et Fusion tournait toujours autour de seulement 20 personnes, pas beaucoup plus. Fusion et Parallels sont des habitués des mises à jour majeures annuelles, chacun se marquant à la culotte et les deux sortant à peu près en même temps. Si Fusion survit, est-ce que ce rythme sera maintenu ?

[Mise à jour à 23h30] : l’éditeur s’est fendu d’un tweet dans lequel il insiste sur la poursuite du développement de Fusion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *